mardi 4 octobre 2016

Randonnée du dimanche 2 octobre 2016 sur les sentiers côtiers de la Pointe du Grouin




Nous étions une quarantaine de randonneurs dont une dizaine d'enfants et adolescents ce dimanche 2 octobre, à arpenter les 14km de sentiers côtiers de la Pointe du Grouin sous un chaud et généreux soleil d'automne.
Ces sentiers d'une rare beauté qui serpentent le long d'une mer souvent tumultueuse, surplombent criques, plages sableuses et pointes rocheuses. On observe au loin le Mont-Saint-Michel, le Mont Dol ou encore Granville.


 
  Le premier arrêt au dessus de Port Pican, sur le sentier surplombant la mer et face au Mont Saint Michel, a été l'occasion pour Patrick de commenter l'histoire de Cancale, des batailles navales avec la flotte anglaise ainsi que de l'économie de la région. Il a également parlé de la végétation originaire de la région avec les prunelliers, les ajoncs, les bruyères, les chênes et les pins.





 



Arrivés à la Pointe du Grouin, chacun a déballé son pique-nique sur une prairie herbeuse face à l'île des Landes servant de réserve ornithologique. Ce fut l'occasion d'un moment d'échanges conviviaux et de farniente sous le doux soleil de midi. 






Avant de reprendre le chemin, Christine a conté la légende sur l'origine de la couleur émeraude de la mer et pourquoi la côte entre le Cap Fréhel et la Pointe du Grouin s'appelle la "côte d'émeraude".


Peu après être repartis, arrivés prés d'un blockhaus, Hervé (14 ans) a relaté l'historique des blockhaus installés sur la côte, réalisés d'abord par des travailleurs volontaires puis par des travailleurs forcés. En 1942, Hitler a fait réaliser 15000 ouvrages de la sorte sur les côtes françaises. La ville de Cancale, occupée depuis le 21 juin 1940, a été libérée les 4-6 août 1944. "Blockhaus" est un mot allemand, il correspond à "casemate" en français et à "bunker" en anglais.



 
  Après quelques kilomètres, sur une pointe rocheuse, Patrick nous a fait découvrir (et goûter) la Criste marine en pleine fleurs. C'est l'une des rares plantes capables de survivre sur des rochers régulièrement atteints par les vagues; sa présence marque la zone dans laquelle les embruns sont mortels pour les plantes continentales. Elle est utilisée comme condiment.




 
 Vers 16h, après 11km, une partie du groupe est restée sur la plage du Verger pour faire du "longe-plage" et une autre partie a poursuivi le sentier côtier pour une boucle de 3km, passant par la pointe des Daules où est construit un corps de garde du XVIIIème siècle. Arrivés à la pointe du Nid qui domine le fort Du Guesclin, Patrick nous a expliqué l'origine du fort et ses transformations au cours des périodes de l'histoire.





Nous regagnons le reste du groupe après nous être arrêtés à la petite chapelle de Notre-Dame du Verger imprégnée de l'histoire marine locale avec ses très nombreux ex-votos recouvrant les murs (tableaux de bateaux sur des mers souvent agitées et plaques).

En quittant la Pointe du Grouin vers 17h30, le soleil brillait encore et tout le monde est rentré avec plein d'images dans la tête.




La prochaine randonnée est fixée au samedi après-midi 5 novembre lors de l'après-midi festive à l'occasion de l'arrivée des deux marathonien Nicolas et Vivien.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire